Communiqué de Presse #LesChampsdelaMort 2018
de  ANTISPECIESISM.com en collaboration avec les associations NALA 85480 et Forests from Farms 

Aidez les Animaux de la réserve #Oostvaardersplassen au Pays Bas 

Partagez, s’il vous plait, ce communiqué de presse autant que possible partout dans le monde! 

Mille remerciements! 
Avez-vous entendu parler de la réserve de la nature #OVP ( #Oostvaardersplassen) au Pays Bas? C’est une région qui a été gagnée sur la mer et qui est devenue un site de repos et de nidification pour les oiseaux. D’une superficie d’environ 22 miles carrés, elle est entièrement clôturée, de sorte qu’elle est coupée de toutes autres réserves. Elle est devenue une expérience en « réensauvagement ».

Au début de la création de la réserve, on s’inquiétait qu’elle serait envahie d’arbres, ce qui la rendrait moins favorable comme habitat pour les oiseaux aquatiques.  Ainsi, quelqu’un, sans autorisation officielle préalable, y a lâché plusieurs vaches et chevaux qui avaient été élevés pour remplacer l’auroch (bétail sauvage) et le tarpan (cheval sauvage) disparus.  Leur rôle était de garder l’herbe tondue ras et d’empêcher trop d’arbres de pousser. Un peu plus tard, on a aussi introduit des cerfs. 

Réfléchissons un moment pour nous demander ce qui va se passer si un nombre d’animaux sont enfermés dans une aire clôturée dépourvue de leurs prédateurs naturels. J’entends dire “explosion de la population”? Exacte!

La population est maintenant si grande qu’elle dépasse la capacité de la terre à soutenir la population. Tout simplement, les plantes ne peuvent pas pousser assez vite pour subvenir  aux besoins des animaux en nourriture pendant l’hiver, d’autant plus que la région est tellement plate qu’il y a peu d’endroits pour s’abriter.  Ainsi, chaque hiver, les grands brouteurs souffrent du manque de nourriture et d’abris. Alors, pour vous et pour moi, la solution semble probablement évidente: donner aux pauvres animaux une alimentation supplémentaire pour les aider à survivre pendant l’hiver. Cependant, l’agence gouvernementale qui gère cette réserve refuse de ce faire sous prétexte que ce sont des animaux sauvages et qu’il faut donc laisser faire la nature.  D’autre part, l’agence veut minimiser la souffrance, alors chaque hiver ils font fusiller les animaux qu’ils pensent susceptibles de ne pas survivre.  Souvent, ils font fusiller  30 à 60% de la population. Non, je ne me suis pas trompé sur les chiffres, c’est vraiment ce qui se passe. La situation fait scandale au Pays Bas depuis des années.

Cette politique de laisser faire la Nature avec un petit coup de main d’hommes armés de fusils pour réduire la souffrance semble être basée sur l’idée que l’OVP est une région naturelle qui devrait subir les dures lois de la Nature et de la sélection naturelle. C’est un raisonnement totalement bidon, pour plusieurs raisons.  
  • les animaux ont été introduits dans une région qui n’est probablement pas leur habitat naturel: elle consiste de beaucoup de terres marécageuses et très peu abritées.
  • l’aire est clôturée, ce qui empêche les animaux de s’échapper et d’aller à la recherche de nourriture à l’extérieur. Ce n’est pas une situation naturelle.  
  • les animaux destinés à être fusillés sont sélectionnés par les  fusilleurs parmi ceux qu’ils pensent incapables de survivre à l’hiver. De toute évidence,  on ne peut pas en être sûr. Certains qui auraient survécus vont donc être fusillés et d’autres qu’on ne tue pas finiront par mourir lentement et péniblement de malnutrition et de froid. D’ailleurs, de grandes surfaces du parc sont visibles au public muni d’appareils photos. On suppose qu’on fusille moins de bêtes là où le public voit ce qui se passé. 
  • le public n’aime pas voir un tas d’animaux morts. Il faut donc se débarrasser chez l’équarrisseur de beaucoup de cadavres, ce qui chaque année prive la terre d’une quantité importante de biomasse et de nutriments et la rend moins fertile et productive. Ce qui réduira encore plus et de façon significative la capacité du parc à subvenir aux besoins des animaux.
Si ces animaux étaient dans un zoo ou un parc safari ou sur une ferme, les propriétaires seraient mis en cause pour maltraitance. Au lieu de quoi, les autorités ont interdit aux gens de donner à manger aux animaux et ceux qui le font, par pitié pour les animaux, sont menacés de poursuites judiciaires !

Il est temps de mettre fin à cette situation et de trouver une solution humanitaire. Les autorités hollandaises n’écoutent pas leur propre peuple. Le moment est donc venu de les mettre sous pression internationale.  Nous vous tiendrons informés des développements par cette page (en anglais) : http://forestsfromfarms.org/Oostvaardersplassen-Holland.php

Aidez-nous, s’il vous plait, en partageant largement l’information concernant cette situation et en signant les pétitions ci-dessous.


ARRÊTER LA CRUAUTÉ ENVERS LES ANIMAUX À LA RÉSERVE DE LA NATURE OOSTVAARDERSPLASSEN AU PAYS BAS:

Donnez aux animaux de la place :

Donnez les animaux à manger :

Ouvrez leur terrain et mettez un corridor vers d'autres réserves :



Avril 2018


Translate This Page

Oostvaardersplassen
Sie finden die deutsche Version dieser Pressemitteilung
You'll find the English translation of this press release